Une liseuse en voyage !

image

Sept. 2015. En voyage, je trimballe souvent avec moi plusieurs livres, ce qui ajoute un poids conséquent dans mon sac à dos, sans compter le volume perdu. J’entends parler des liseuses depuis quelques années, mais, n’en ayant jamais vu, j’étais quelque peu sceptique sur le plaisir de lire sur un écran. J’avais déjà essayé de lire sur tablette mais j’avais vite laissé tomber, autant pour des raisons de confort de lecture que pour le problème de l’autonomie de l’appareil.

Il y a deux ans, dans un bus en direction de Varanasi (en Inde), j’ai rencontré un touriste américain. Il avait ce côté mystico hippie, new age, de beaucoup de voyageurs dans cette partie du monde. Si j’appréciais son côté pacifiste je le trouvais trop optimiste (devrais-je dire naïf ?) et surtout trop superstitieux (l’énergie du Gange, etc.) pour que cette journée soit le point de départ d’une grande amitié. Par contre, il avait dans son sac quelque chose qui m’a intéressé : une liseuse, en l’occurrence, une kindle d’Amazon.

L’idée a fait son chemin dans mon petit cerveau, j’ai pesé le pour et le contre. Le principal point négatif, c’est l’impossibilité de trouver en format numérique un certains nombre d’ouvrages. Et puis je suis vieille école, j’aime le livre physique, l’objet en lui-même. Il y a aussi la question du prix : impossible de trouver un ebook à 2 € dans une brocante.

Le côté positif est, je l’ai dit, dans le poids et le volume ainsi gagné. Et, si on ne trouve pas d’ebook d’occasion, on en trouve des gratuits, dans la mesure où quelqu’un a pris la peine de numériser un livre tombé dans le domaine public, c’est-à-dire dont l’auteur est mort depuis plus de 70 ans (mais sans doute prochainement ramené à 50 ans).

J’ai finalement choisi la Kobo Aura pour sa petite taille et son poids plume (150×114×8, 1 pour 174g) et aussi parce qu’elle était en promotion ; le prix, ça compte quand même.  Pour la protéger, j’ai acheté une housse en neoprène. Elle offre une protection moindre qu’une housse en plastique rigide, mais que j’estime suffisante, et pour un poids inférieur. Après quelques semaines d’utilisation,  voici un résumé de ses atouts et de ses défauts :

Atouts :
– la sensation visuelle est très proche du papier, rien à voir avec une tablette. La lecture est tout à fait agréable.
– taille et poids : plus petit et plus léger qu’un livre, mais peut en contenir des milliers,  de quoi contenter les gros lecteurs pendant des voyages de plusieurs mois
– son autonomie : par rapport à un smartphone ou une tablette, la liseuse a une autonomie incroyable,  grâce à son écran qui utilise une technologie bien moins gourmande en énergie. A condition de désactiver le wifi, et même en utilisant l’éclairage de l’écran régulièrement, la liseuse offre plusieurs semaines de lecture quotidienne
– deux petits jeux permettent de passer à autre chose. J’apprécie surtout le sudoku 🙂
– un navigateur internet est inclu. S’il ne permet pas vraiment de surfer, il me permet en tout cas d’accéder à ma Dropbox pour télécharger mes livres

Défauts :
– écran gris trop sombre, ce qui oblige parfois à mettre l’éclairage de l’écran et donc à utiliser davantage la batterie, ce qui réduit  logiquement l’autonomie de la Kobo
– la bibliothèque Kobo ne propose pas les livres libres de droit comme le fait la Kindle, même si on peut les télécharger ailleurs
– un soucis m’est arrivé : j’ai voulu télécharger des ebooks depuis mon compte Dropbox. Mais certaines fois, en cliquant sur le bouton « télécharger », rien ne se passait. Il faut alors un petit tour de passe passe : remplacer le https ://www.dropbox.com/xxx par https ://dl.dropboxusercontent/xxx et le téléchargement se lance ! Pas très intuitif, mais au moins ça marche !
– la gestion des pdf n’est pas terrible je trouve.
– il y a un lecteur de carte SD mais il est impossible de copier les fichiers dans la mémoire de la Kobo
– le système de miniatures (genre tuiles windows 8) en page d’accueil n’est pas pertinent sans résolution HD ni couleur, sans compter que certains livres gratuits sont simplement représentés par un portrait de l’auteur !
– j’aurais apprécié une application permettant de prendre des notes indépendamment des livres

Malgré ses défauts je suis tout à fait satisfait de ma liseuse. Comme pour tout appareil électronique (appareil photo, téléphone) je dois faire attention au piège du marketing : de nouvelles liseuses plus performantes sont déjà arrivées sur le marché, avec écran HD, étanches, etc. Tant qu’elle fonctionne, celle-ci me suffit largement.

The Big Snail

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s