Le bouleponge : le cocktail aux cinq ingrédients

François Bernier est un des premiers auteurs français à parler d’un des cocktails les plus célèbres d’aujourd’hui, le bouleponge, une boisson alcoolisée qui avait été inventée peu de temps auparavant au cours du XVIIe siècle par des marins anglais de la Compagnie britannique des Indes Orientales afin de remplacer la bière qui ne supportait guère la chaleur de ces contrées.

« Véritablement, l’air [du Bengale] au regard des étrangers n’y est pas trop sain, et principalement en approchant de la mer. En effet, dans le commencement que les Hollandais et les Anglais s’y habituèrent, il leur mourait beaucoup de monde et j’ai vu dans Balasore deux très beaux vaisseaux anglais qui, ayant été obligés à cause de la guerre des Hollandais de demeurer là plus d’un an, ne purent plus se mettre en mer, parce que la meilleure partie de leur équipage y avait péri. Néanmoins, depuis qu’ils ont donné ordre, aussi bien que les Hollandais, que leurs équipages ne boivent point tant de bouleponge et ne sortent point si souvent du navire pour venir en terre visiter les vendeurs d’arac et de tabac, et les Indiennes, et qu’ils ont expérimenté qu’un peu de bon vin de Graves, de Canarie ou de Chiraz, est un merveilleux antidote contre le mauvais air ; depuis, dis-je, qu’ils vivent avec ces précautions, il n’y a pas tant de maladies et il ne leur meurt plus tant de monde. Bouleponge est un certain breuvage composé d’arac, c’est-à-dire d’eau-de-vie de sucre noir, avec du suc de limons, de l’eau et un peu de muscade râpée dessus ; il est assez agréable au goût, mais c’est la peste du corps et de la santé. »

Ces Anglais avaient créé une nouvelle boisson à partir de cinq ingrédients indigènes : l’eau-de-vie, le sucre, la lime, l’eau et le thé. De ces cinq ingrédients furent choisi le nom de la boisson, le punch, cinq se disant pānch en Hindi. Et comme ces Anglais avaient l’habitude de le boire dans un bol, le bowl of punch était devenu pour les Français de l’époque le bouleponge.

Source :

Un libertin dans l’Inde moghole – Les voyages de François Bernier (1656-1669), Réponses à M. Thévenot p. 443

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s